30/10/2014

La bourse rentre en période trouble.

 bourse tremble.jpg

C'était trop beau pour être vrai. Après un rebond spectaculaire du CAC40 de mars  à avril, les marchés ont corrigé effaçant quasiment les gains depuis le début de l'année. Le CAC40 ne progresse plus que de 2,38%, l'Eurostoxx de 1,1%, le S&P 500 de 1,59%. Même la place japonaise, qui a connu une progression aussi forte qu'inattendue, recule depuis son plus haut de 5,7%.

Le risque géopolitique, la hausse du prix de l'ensemble des matières premières, la perspective fin juin d'une hausse des taux d'intérêt outre-Atlantique, le retour de tensions inflationnistes, la crainte d'une surchauffe en Chine et l'incertitude quant à la pérennité de la croissance américaine font douter les investisseurs. Dans ce contexte, les gérants adoptent une position neutre sur les actions. Ils considèrent que cette classe d'actifs est aujourd'hui incontournable compte tenu de l'évolution des taux d'intérêt. Mais les marchés ne sont pas simples: ils imposent, selon eux, des paris marqués et notamment de privilégier les entreprises capables de créer de la valeur à moyen terme. Ils se tiennent à l'écart des secteurs bancaire et financier ainsi que de l'agroalimentaire et des matières premières hors pétrole. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à s'inspirer de la méthode de Warren Buffet. Ce dernier plaide pour des choix tranchés qui reposent sur les fondamentaux des sociétés indépendamment des modes boursières.

Parallèlement, les gestionnaires parent à la hausse des taux et à la menace inflationniste en couvrant une partie de leur portefeuille obligataire ou en diversifiant celui-ci en obligations convertibles ou en obligations indexées sur l'inflation.

Tous jugent cependant le potentiel de hausse limité d'ici à la fin de l'année. Aussi la maîtrise des droits de garde devient primordiale pour sauvegarder la performance réalisée.

17:18 Publié dans Bourse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.